Le jeu de la peur dans le BDSM
19-06-2022

Le jeu de la peur dans le BDSM

15 minutes de lecture

Beaucoup de soumis aiment ressentir un certain degré de peur pendant le BDSM. Ils ressentent un frisson d'anticipation, d'intensité et de suspense, comme d'autres le font en sautant en parachute ou en regardant des films d'horreur. Une expérience sexuelle qui semble dangereuse, mais pas au point de nous blesser ou de nous traumatiser, peut être une aventure passionnante lorsqu'elle est partagée dans un environnement contrôlé avec un dom que nous admirons. Le fait de vivre ensemble un tel voyage chargé d'émotions peut également renforcer les liens d'affection et de confiance.

Aussi excitant que ce type de jeu puisse être pour certains, il peut être difficile pour les doms de le mener à bien. De nombreux kinksters considèrent le BDSM axé sur la peur comme un jeu de pointe en raison des risques psychologiques qu'il comporte. Le fait de ressentir une véritable peur de son partenaire est la marque d'une relation abusive et les tops doivent toujours veiller à ne pas franchir certaines limites pour éviter de s'aventurer sur ce terrain. Il faut trouver un équilibre pour que la dynamique reste agréable et épanouissante. Cet article traite de la manière d'y parvenir.

Femme soumise qui a peur du BDSM

1) Le but

Si vous jouez le rôle du dom et que votre partenaire aime avoir peur pendant le jeu de bondage, vous devez vous assurer qu'il ne finira pas par avoir vraiment peur de vous en tant qu'individu. Il y a une grande différence entre avoir peur d'une fessée, par exemple, et avoir peur de la personne qui vous la donne. C'est vous qui dirigez l'expérience, quelle qu'elle soit, mais votre présence globale doit être positive. Les dom doivent être présents, attentifs, compétents, adaptables et réconfortants envers leurs soumis lorsque cela est nécessaire.

Votre partenaire ne doit jamais avoir peur que vous violiez ses limites ou que vous ignoriez son mot de sécurité. Il doit également avoir la certitude que vous savez ce que vous faites et que vous ne finirez pas par le blesser gravement ou le bouleverser. Tout potentiel d'amusement et de rapprochement sera étouffé s'il s'inquiète légitimement pour son propre bien-être pendant vos séances. Il est essentiel de prendre des mesures pour éviter cela si vous voulez créer une atmosphère sûre pour toutes les personnes concernées.

2) La confiance est un prérequis, pas une option !

Vous et votre partenaire aurez besoin d'une solide base de confiance pour apprécier le jeu de la peur. C'est le genre de chose que vous devriez explorer avec une personne avec laquelle vous avez de l'expérience plutôt qu'avec un nouveau partenaire de jeu. Les gens disent souvent des choses comme "le BDSM exige la confiance", comme exemple de ce qui rend le kink beau et intime. Dans la communauté, cependant, cela se traduit souvent entre des personnes qui jouent pour la première fois par "Le BDSM requiert de la confiance et nous sommes d'accord pour le faire, donc cela doit signifier que nous nous faisons confiance, n'est-ce pas ?". Non. Ça ne marche pas comme ça. Il est impossible de faire confiance à quelqu'un de manière significative si vous le connaissez à peine ou si vous n'avez jamais joué ensemble auparavant. Garder cela à l'esprit et prendre son temps peut faire la différence entre un bon moment et un désastre complet.

Vous pouvez avoir affaire à un partenaire soumis qui, bien qu'il soit nouveau pour vous, est si impatient de jouer qu'il insiste : "Je te fais totalement confiance. Je suis sûr que tu sais ce que tu fais. Je veux avoir peur de toi." Même dans ces cas où vous obtenez un feu vert verbal et semblez avoir le consentement, vous devriez reporter le jeu de la peur jusqu'à ce que vous ayez une meilleure idée de l'autre. Le consentement éclairé est le seul type de consentement qui soit réel, et il est impossible de le donner tant que l'on ne dispose pas d'une bonne quantité d'informations sur une personne. Conclusion : Incorporer la peur dans vos scènes avec de nouveaux partenaires ne vaut pas la peine de prendre des risques pour les deux participants. Un partenaire qui ne vous fait pas confiance a peu de chances de vous accorder le bénéfice du doute si quelque chose tourne mal.

3) Négociez en profondeur et communiquez ouvertement

Discussion couple BDSM

En tant que supérieur, vous devez dresser une liste mentale de ce qui est au menu de votre soumis et de ce qui ne l'est pas. Cette liste comprendra ses préférences (les activités qu'il veut vraiment faire), ses limites souples (les activités qui l'intéressent et qu'il serait prêt à explorer) et ses limites strictes (les activités qu'il ne veut en aucun cas faire). La collecte de ces informations nécessite une communication ouverte, honnête et sans pression. Posez des questions pour comprendre le fonctionnement de l'esprit de votre partenaire et écoutez ses réponses. La peur est une expérience subjective ; ce qui vous effraie peut ne pas l'effrayer et vice-versa. S'il a subi un traumatisme dans le passé, il est important de connaître ses déclencheurs. Faire des menaces de viol pendant un jeu de rôle, par exemple, pourrait très bien amener une victime d'agression sexuelle à dépasser le point de non-retour, ce qui ruinerait l'expérience. Restez en territoire désirable en vous concentrant sur ce que votre soumis veut et en restant loin de tout ce qui ne lui convient pas.

Gardez à l'esprit que votre soumis peut ne pas avoir une idée précise de ce qu'il appréciera ou non. De nombreuses personnes qui ont des fantasmes extrêmes pensent qu'elles apprécieront un niveau d'intensité similaire dans la vie réelle, mais se rendent compte que c'est trop pendant l'expérience ou à un moment donné après la fin de la séance. Si vous hésitez à leur donner ce qu'ils demandent, n'hésitez pas à leur demander s'ils sont sûrs, à vérifier pendant le jeu et/ou à refuser de pratiquer cette activité spécifique si elle vous met mal à l'aise. Vos sentiments et vos désirs comptent aussi.

Si le fantasme de votre soumis est d'être attaché, visitez nos menottes BDSM et vous pourrez l'attacher dans tous les sens !

Menottes BDSM

Vous pouvez également rencontrer une situation où votre soumis veut jouer, mais ne peut pas ou ne veut pas verbaliser ce qu'il veut expérimenter parce qu'il ne sait pas ce qui est possible ou a peur que vous le jugiez. Cela n'est pas rare, surtout avec les débutants, et il existe des stratégies que vous pouvez utiliser pour surmonter cette situation. Tout d'abord, vous devez vous efforcer de ne jamais critiquer ou vous moquer d'eux lorsqu'ils s'ouvrent à vous. Si vous riez et les faites se sentir bêtes ou bizarres lorsqu'ils sont honnêtes avec vous au sujet de leurs désirs, ils risquent de ne plus vouloir le faire. Deuxièmement, essayez de leur poser des questions par oui ou par non plutôt que d'attendre d'eux qu'ils vous exposent tout ce qu'ils ont en tête. Comparez ce qui suit :

Conversation 1 :

  • Dom : Alors, qu'est-ce que tu veux explorer ?
  • Sub : Um... Je ne sais pas. *haussement d'épaules nerveux* N'importe quoi

Conversation 2 :

  • Dom : As-tu déjà été attaché ?
  • Sub : Non...
  • Dom : Est-ce que tu sais quelque chose sur le fait d'être attaché ou sur le bondage ?
  • Sub : C'est quelque chose qui m'a toujours intéressé.
  • Dom : Est-ce que c'est quelque chose que tu aimerais essayer ?
  • Sub : Ce serait amusant.

Évidemment, la deuxième conversation vous donnera beaucoup plus de matière à travailler. Une fois que vous aurez discuté de quelques possibilités de cette manière, vous aurez non seulement une idée de la direction à prendre, mais votre partenaire pourra aussi commencer à se sentir plus à l'aise sans que vous ayez à l'inciter. Rappelez-vous : vous êtes le dom et le leader de la dynamique. À moins que vous ne cherchiez spécifiquement un soumis qui veut être au sommet à partir du bas, on s'attendra à ce que vous preniez les choses en main d'une manière sûre et excitante.

Vous pouvez également essayer de travailler ensemble sur une liste de contrôle BDSM. Il s'agit d'une longue liste d'activités relevant du domaine de la perversion, que vous et votre partenaire pouvez remplir ensemble ou séparément. Elles peuvent également vous donner une bonne idée de ce qui intéresse ou n'intéresse pas votre partenaire. Notez que les listes de contrôle ne sont pas conçues pour remplacer la négociation, mais pour l'améliorer. Après avoir rempli la liste de contrôle, vous devriez toujours discuter des détails de ce que vous voulez essayer.

"Que se passe-t-il si l'un d'entre nous ou les deux ne veulent pas négocier parce qu'ils ont l'impression que cela va gâcher la magie du moment ? Le fait de trop discuter des choses ne va-t-il pas détruire l'élément d'anticipation et de surprise ?".

Ce n'est pas rare non plus. De nombreux soumis qui manquent d'expérience disent des choses comme "Fais-moi ce que tu veux". Nous vous déconseillons fortement de prendre cela au pied de la lettre. Il est probable que les soumis qui disent cela aient des attentes et des désirs basés sur leurs fantasmes, le porno, l'érotisme, etc. Cependant, il y a presque certainement des activités qu'ils n'apprécieront vraiment pas. Tout le monde a des limites, qu'il le sache ou non. Nous n'avons jamais rencontré un kinkster qui aimait tous les aspects du BDSM. Vous n'êtes pas et ne pouvez pas être un devin et il est injuste pour quiconque d'attendre cela de vous.

Notre message à tous ceux qui veulent sauter la négociation est le suivant :

Négociation couple BDSM

Si vous ne pouvez pas parler de BDSM avec votre partenaire avant de vous lancer, vous n'êtes pas prêt et vous ne devriez pas le faire. Il est irresponsable de jouer sans communiquer clairement sur la sécurité et le consentement. Vous savez ce qui va vraiment détruire le plaisir ? Les traumatismes. Les visites à l'hôpital. Réputations et relations ruinées. Accusations d'agression sexuelle. Casiers judiciaires et criminels. Nous ne plaisantons pas et nous n’exagèreront pas.

Ces choses peuvent arriver et arrivent et si l'une d'entre elles devient votre réalité, vous regretterez de ne pas avoir fait tout ce qui était en votre pouvoir pour les éviter. Parler de ces choses nous rend tous vulnérables, mais c'est un petit prix à payer lorsque les enjeux sont si élevés. Si vous faites l'impasse sur la négociation, vous le faites à vos risques et périls et vous jouez avec le feu.

1) Utiliser des mots de sécurité

Les mots de sécurité sont essentiels, en particulier dans le contexte du jeu de la peur. Peu importe à quel point vous et votre partenaire vous considérez comme hardcore, vous avez besoin d'un moyen de savoir qu'il est temps de ralentir, d'alléger ce que vous faites, de changer d'activité ou d'arrêter complètement. Parlez à votre partenaire du fait que les mots de sécurité ne sont pas seulement pour lui ou pour son confort, mais aussi pour le vôtre.

Vous et votre partenaire pouvez garder les choses simples en ayant un seul mot. Vous pouvez également choisir d'avoir plusieurs mots de sécurité qui ont des significations différentes. De nombreux kinksters sont fans du "système des feux de signalisation", qui est facile à mémoriser et ne risque pas d'être confondu avec autre chose pendant que vous êtes tous deux plongés dans votre scène.

  • Vert = C'est bien et j'aime ça.
  • Jaune = J'approche de ma limite et je veux faire une pause pour vérifier.
  • Rouge = Je veux arrêter la scène.
Les accessoires SM

    2) Ayez un plan

    Une fois que vous et votre soumis avez négocié et convenu du ou des mots de sécurité à utiliser, vous pouvez commencer à réfléchir à la manière d'aborder vos séances ensemble. Dans de nombreux cas, surtout si vous cherchez à profiter de plusieurs activités simultanément, il est utile d'avoir un plan. Cela vous permettra de contrôler la scène et de vous concentrer sur les réactions de votre partenaire sans vous soucier de devoir être créatif à la volée.

    Comment allez-vous commencer la séance ? Il peut être gênant de passer directement de la vie quotidienne à un jeu BDSM sans une transition fluide qui permette à l'ambiance de s'installer de manière organique.

    • Allez-vous demander à votre partenaire de se mettre dans une certaine position ?
    • Vous attendre dans une certaine pièce ?
    • Se changer dans une tenue sm ?
    • Peut-être serez-vous celui qui portera la tenue. Une fois la scène commencée, quelles activités allez-vous incorporer ?
    • De quel matériel aurez-vous besoin pour mener à bien chacune d'entre elles en toute sécurité ? (En jouant avec la corde, par exemple, vous voudrez avoir une solide paire de ciseaux à portée de main en cas d'urgence).
    • Que pourriez-vous dire pour garder votre soumis dans le bon état d'esprit ?
    • À quel moment allez-vous vous retirer et comment ?

    Le fait d'avoir au moins une idée générale de la manière dont vous aborderez ces considérations jouera en votre faveur lorsque vous tenterez de créer une suspension d'incrédulité, ce qui permettra à votre partenaire d'explorer les sentiments de peur avec vous.

    3) Créer de l'anticipation

    Homme guide sa femme soumise BDSM

    Vous pouvez commencer à guider votre partenaire vers un état d'excitation et de nervosité bien avant le début de la scène en laissant entendre ou en disant ce qui va lui arriver plus tard. Cela n'a pas besoin d'être particulièrement compliqué ou dramatique de votre part. En fait, la subtilité peut être bien plus excitante. Imaginons que vous êtes en train de déjeuner et que votre soumis se montre un peu insolent avec vous. Un simple "Nous en discuterons en rentrant à la maison" peut stimuler son imagination et lui faire penser à ce que vous voulez dire par là. Essayez de trouver une variété de façons amusantes de les taquiner et de les menacer. Au moment où vous serez prêt à commencer, ils seront probablement prêts à jouer.

    Voici quelques idées que nous avons appréciées dans le passé :

    • Disons que votre partenaire aime les châtiments corporels et qu'il vous provoque pendant un trajet en voiture. Une fois que vous en avez assez, vous pouvez le regarder et lui dire : "Ne m'oblige pas à me garer. Je vais te donner une fessée sur la banquette arrière." S'il ne rejette pas fermement et authentiquement la suggestion, vous avez maintenant une possibilité amusante mais effrayante de scène spontanée plantée dans son esprit et dont il se souviendra certainement. À l'avenir, vous pourrez mettre votre menace à exécution en conduisant dans un endroit où vous ne risquez pas d'être vu par des spectateurs. Le jeu en semi-public peut être très excitant pour ceux qui l'apprécient.
    • Supposons que votre soumis aime le bondage et que vous fassiez quelque chose qui le fait se tortiller, comme faire couler de la cire chaude sur sa peau. Vous pouvez l'avertir : "Les soumis qui ne tiennent pas en place sont attachés dans ma maison. Dois-je t'attacher ?" Quelle que soit leur réponse, vous savez déjà que le bondage est sur leur liste et qu'il s'agit donc d'un jeu équitable, sauf si leur mot de sécurité est prononcé. Heureusement pour vous, il est difficile de rester immobile malgré l'inconfort et il est probable que votre soumis perde la bataille, ce qui vous donne l'occasion d'introduire une corde, du ruban adhésif ou tout ce que vous préférez dans la scène.
    • Disons que votre partenaire aime les bâillons et que vous faites l'amour en cachette pendant que quelqu'un d'autre est à la maison dans une autre pièce. Il commence à gémir ou à se plaindre et vous lui chuchotez à l'oreille : "Je ne veux pas entendre un seul mot. Si tu ne peux pas te taire, je vais devoir trouver une autre solution". Encore une fois, il est probable qu'il échouera à ce défi et, s'il le fait, vous pouvez lui remplir la bouche avec ce que vous avez sous la main pour l'utiliser comme bâillon. (Un gant de toilette humide peut faire l'affaire en cas de besoin. Quoi qu'il en soit, assurez-vous qu'ils peuvent respirer confortablement avant de continuer).

      Dans les limites de votre menu négocié, les possibilités sont infinies si vous faites preuve de créativité.

      4) Voici d'autres idées pour créer de l'anticipation :

      • Laissez un accessoire comme une ceinture ou un fouet à un endroit où ils sont sûrs de tomber dessus, à côté d'un mot disant "Il faut qu'on parle".
      • Posez un costume ou une tenue coquin qu'il aime sur son lit. Dites-lui que lorsque vous rentrerez, vous vous attendez à ce qu'il le porte et qu'il soit à genoux quelque part dans la maison, attendant patiemment votre arrivée.
      • Achetez en ligne un jouet que vous voulez utiliser sur lui et faites-le livrer chez lui. Il peut s'agir d'un plug, d'un gode, d'un vibromasseur, de menottes, de pinces, etc. (La plupart des jouets sexuels sont livrés dans un emballage discret, mais lisez les descriptions et les critiques des produits pour en être sûr).

      Si vous souhaitez disposer de nombreux jouets pour votre prochaine séance, nous vous suggérons de visiter notre large gamme de sextoys BDSM.

      Sextoys BDSM

      • Laissez-lui une liste de tâches à accomplir avant votre retour, en lui faisant comprendre qu'il sera récompensé ou puni en fonction de la qualité de son travail.

      5) Restez dans le personnage

      Même si vous ne vous livrez pas explicitement à des jeux de rôle pendant votre séance, vous assumez le rôle de leader de la scène en vous comportant comme le dom. Prendre cette responsabilité au sérieux peut aider votre soumis à se débarrasser des pensées superflues, à entrer dans le moment présent et à se connecter à l'ambiance désirée. Parlez-lui avec confiance. Dites-lui ce qu'il doit faire de manière claire et directe. Faites savoir que vous allez effectivement faire ce que vous avez menacé de lui faire. Si vous hésitez, votre soumis se déconnectera probablement de l'espace de tête, dissipant les délicieux sentiments de peur qui se sont accumulés en lui, alors faites ce que vous pouvez pour rester dans la zone.

      Une stratégie qui peut s'avérer efficace pour générer de la peur consiste à faire semblant d'ignorer ou de ne pas tenir compte de tout ce qui est à part les mots de sécurité de votre soumis. Notez que le mot "prétendre" est primordial ici. En réalité, vous devez être très attentif à tout ce qu'il vous communique, à ses signaux verbaux et non verbaux. Le but est d'inspirer l'illusion de l'impuissance. Votre soumis peut pleurer et vous supplier d'arrêter ce que vous êtes en train de faire, pour vous voir sourire et vous entendre murmurer : "Non, je ne pense pas que je le ferai". Encore une fois, cela doit être négocié à l'avance pour qu'il soit sûr qu'au moment où il utilisera son mot de sécurité pour se retirer, vous l'écouterez et deviendrez la source de réconfort qu'il recherche.

      6) Surprenez votre soumis

      Dominant surprend sa soumise

      Surprendre votre soumis avec quelque chose auquel il ne s'attendait pas peut être un merveilleux moyen d'inspirer la peur sur place. Vous savez peut-être qu'il a toujours voulu essayer les jeux de cire mais n'en a jamais eu l'occasion. Il est probable qu'il sera pris de vertige au moment où vous sortirez les bougies. Vous pouvez aller encore plus loin en utilisant des cagoules SM. En bandant les yeux de votre partenaire, par exemple, vous lui permettrez d'entendre mais pas de voir ce que vous êtes en train de faire, ce qui le mettra sur les nerfs et le forcera à écouter attentivement les indices en attendant que vous lui révéliez ce qu'il est sur le point de subir.

      7) Faites-le attendre

      Peu de sensations sont plus tortueuses que de devoir attendre que quelque chose de "désagréable" se produise. Imaginons que votre plan consiste à attacher votre soumis et à lui administrer une pagaie pour un comportement vilain qu'il a commis. La douleur de l'impact est ce qu'il craindra probablement le plus. Vous pouvez faire durer et intensifier ce sentiment, par exemple en l'attachant dans la position que vous avez choisie et en le laissant là pendant que vous le sermonnez et le réprimandez, en attendant la partie impact de la séance pendant plusieurs minutes. Ils seront suspendus à chacun de vos mots, vous suppliant peut-être même de commencer et d'en finir. Ne cédez pas à ce type de demande ; c'est vous qui êtes responsable et c'est vous qui décidez quand la séance de paddle commence. Prenez votre temps et laissez-les mariner dans ce délicieux vide de suspense.

      8) Envisagez de pousser les limites douces

      La raison pour laquelle un soumis peut qualifier une activité de limite douce plutôt que de préférence explicite peut très bien venir de sa peur de l'essayer ou de l'endurer, ce qui en fait un domaine propice à l'exploration dans les sessions impliquant la peur. Si vous leur dites : "Nous allons essayer de faire de la figuration aujourd'hui", alors que vous savez que c'est sur leur liste de préférences, leurs cheveux risquent de se hérisser immédiatement. Toutefois, ne vous lancez pas à corps perdu dans ces expériences nouvelles ou délicates. Allez-y doucement, restez attentif et soyez prêt à ralentir ou à arrêter complètement si votre partenaire commence à vous donner des signes que ce qui se passe ne lui convient pas. Avec un peu de chance, il adorera ce qui se passe ou, à tout le moins, sera heureux de l'avoir vécu avec vous.

      9) Donnez un bon et long Aftercare

      Couple BDSM après le sexe

      C'est à vous et à votre partenaire de décider quand et comment vous souhaitez mettre fin à votre relation. À ce moment-là, vous devez redevenir la personne gentille et compatissante dont votre partenaire a besoin pour atterrir en douceur sur terre. Il ne doit pas avoir peur ou être incertain de ce qui va se passer une fois la séance terminée. Au contraire, il doit se sentir en sécurité et pris en charge de toutes les manières qu'il désire. La plupart des soumis veulent être tenus et caressés pendant l'aftercare, mais les sentiments de chacun sont différents et peuvent changer en fonction de la nature et de l'intensité de la scène. Le fait est que vous devez être présent et disponible. La peur est une émotion intense et, en règle générale, plus une séance est intense en BDSM, plus vous voudrez investir de temps et d'efforts dans l'aftercare. Cela contribuera à cimenter l'expérience en tant que souvenir positif dans l'esprit de votre soumis, ce qui le rendra plus susceptible de vouloir essayer des choses comme le jeu de la peur avec vous à l'avenir.

      Lorsqu'elles sont gérées de manière responsable, ces expériences partagées peuvent contribuer à fournir ce que beaucoup d'entre nous recherchent dans le BDSM. Avoir un partenaire prêt à explorer l'intensité de la peur avec vous est un cadeau. Ne le prenez jamais à la légère, mais profitez-en au maximum. Vous ne savez jamais ce que vous allez découvrir l'un sur l'autre.

      La meilleure façon de tirer le meilleur parti d'une relation BDSM est d'avoir des accessoires BDSM. Non seulement ils sont utiles pour les couples, mais ils permettent surtout d'améliorer votre vie sexuelle.

      Accessoires BDSM


      Laisser un commentaire

      Les commentaires sont approuvés avant leur publication.